Nouvelle

Visions plurielles

Réjean Beaucage
Jeudi 22 mars 2018

«Il faut savoir oublier son éducation musicale. Le tout est d’intérioriser cette musique au point de pouvoir la donner comme une partie de soi-même. On ne peut pas tricher, c’est sans doute ce qui attire tant les gens.»

Barbara Thornton, Cofondatrice de l’ensemble Sequentia

Hildegarde de Bingen (1098-1179) a laissé l’un des corpus musicaux les plus importants parmi les compositeurs de son époque (qui ne comptait pas beaucoup de compositrices). Et ce n’était que l’une des activités qu’exerçait cette religieuse bénédictine qui fut proclamée docteure de l’église en 2012. Celle à qui ses visions ont mérité le surnom de «la Sibylle du Rhin» était aussi médecin, auteure de plusieurs ouvrages et créatrice d’un langage, la lingua ignota, qu’elle seule pouvait écrire et parler. Bref, c’est un personnage hors-norme que veulent évoquer ces «Perspectives d’Hildegarde» présentées par les Productions Fiolûtröniq et PSM.

Les compositrices Marie-Pierre Brasset, Geneviève Dupuis, Émilie Girard-Charest, Emiliy Hall, Terri Hron, Katia Makdissi-Warren, Cléo Palacio-Quintin et Danielle Palardy Roger unissent leurs regards pour décrire le destin multiforme de la sainte à travers une œuvre-concert en huit tableaux (tous donnés en création); le programme s’ouvre sur O Pastor animarum, d’Hildegarde de Bingen. Dans une mise en espace d’Alice Ronfard et sous la direction artistique de Marie-Hélène Breault, qui sera également à la flûte, on retrouvera Ghislaine Deschambault (mezzo-soprano), Pamela Reimer (piano) et Berverley Johnston (percussion).

  • Jeudi 5 avril, 20h (précédé d’une discussion animée par Réjean Beaucage, avec Cléo Palacio-Quintin et Rebecca Bain; 19h Espace Custeau)
  • Dimanche 8 avril, 15h
  • Église du Gesù