Marie Josée Simard

Soliste percussionniste de haut vol, Marie Josée Simard est une pionnière de la scène musicale canadienne. Tout aussi à l’aise dans le répertoire classique que dans la musique nouvelle, elle s’est forgée une réputation fondée sur l’excellence et l’innovation.

Très tôt, elle découvre sa vocation avec l’étude du vibraphone à Baie-Comeau grâce à sa mère, une passion qu’elle approfondit au Conservatoire de musique de Montréal où elle devient la première femme diplômée en percussion du Canada, obtenant un premier prix de percussion à l’unanimité. Elle se perfectionne par la suite à Londres, sous la direction de James Blades, du Royal Academy of Music et de Michael Skinner, du London Opera Orchestra.

Depuis, elle rayonne sur les scènes du monde avec le désir de partager sa curiosité créative et ses recherches musicales avec de nombreux compositeurs et musiciens de tous horizons. En 38 ans, elle a été entendue au Canada, mais aussi en Corée et en Chine, au Mexique, en Belgique, en Pologne, en passant par Paris et New York. Parmi ses nombreuses prestations publiques, mentionnons: soliste invitée au concert de l’Orchestre symphonique de Toronto en l’honneur de la reine Élisabeth II en 1984; soliste au concert bénéfice pour le Metropolitan Opera de New York en 1992; soliste avec l’Orchestre Métropolitain de Montréal à la Maison Symphonique de l’OSM en 2012.

Artiste Yamaha depuis 1992, la virtuose tisse des complicités inédites entre le milieu de la musique classique, le jazz et la musique nouvelle. Récemment, elle a fait une incursion remarquée dans l’univers jazz en réunissant autour elle les pinaistes François Bourassa et Yves Léveillé, dans le projet En trois Couleurs. Depuis 2013, ce trio s’est mérité deux prix Opus du Conseil québécois de la musique et il rayonne jusqu’en Chine.

Sa discographie inclut neuf CDs sur lesquels elle a enregistré 10 créations. Professeure engagée, elle a aussi formé plusieurs percussionnistes au Conservatoire de musique de Montréal.

[ii-18]